Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 18:22

Un film de Sean Penn

Sorti en 2008 - Durée: 2h 27min

Avec Emile Hirsch (Christopher McCandless), Jena Malone (Carine McCandless), Vince Vaughn (Wayne Westerberg), Kristen Stewart (Tracy Tatro), Hal Holbrook (Ron Franz)...

L'histoire: Tout juste diplômé de l'université, Christopher McCandless, 22 ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l'existence confortable et sans surprise qui l'attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui. Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres. Au bout de son voyage, Christopher atteindra son but ultime en s'aventurant seul dans les étendues sauvages de l'Alaska pour vivre en totale communion avec la nature.

Into the Wild est de ces films auxquels on repense avec nostalgie, longtemps après le générique de fin, comme d’un voyage que l’on voudrait refaire. Au delà même du dénouement, c’est bien le voyage lui-même qui compte, car il s’agit d’une expérience renversante qu’il faut faire, même si – et c’est sans doute le propre des expériences renversantes – on l’aime ou on la déteste. Il est difficile de rester mesuré quand on évoque ce film, tout comme il est difficile d’avoir un avis très tranché sur ce qu’a fait ou n’a pas fait Chris. Petit con arrogant pour certains, héros des temps modernes pour d’autres, le comportement de Chris divise autant qu’il fascine. Sean Penn ne présente jamais son personnage comme un héros, il garde toujours une certaine réserve bienvenue qui donne au film des allures de biopic. Et alors même que le sujet s’y prêtait, il a réussi à ne pas prendre nos émotions en otage et à ne pas faire un film trop plein de bons sentiments ou démago. C’est dans cette ambiguïté que se situe l’intérêt du film. Il a su garder la complexité des choses. L’interprétation d’Emile Hirsch rajoute l’impression d’un personnage insaisissable.

 

Pourtant, j’avoue avoir été gêné voir même agacé au premier visionnage par le montage et ces trop fréquents changements de plan qui donnent l’impression étrange de ne pas pouvoir aller au bout des images et donnent au film des allures de clip à la sauce MTV, les filles nues en moins. On peut également être rebuté par le ton du film qui, derrière la sympathie qu’il peut nous faire ressentir pour Chris, n’est en rien optimiste, bien au contraire. Je trouve q’il dissimule une vraie noirceur, un ton très sarcastique. Comme si Sean Penn semblait expliquer qu’il existe bel et bien des facteurs qui ont poussé Chris à partir, qui pourrait tous nous pousser à partir (l’absurdité des formalités administratives par exemple) mais qu’il faut s’en accommoder puisqu’il n’y a aucune solution. Rien ne sert de fui.

Pour conclure, malgré un ton parfois un peu naïf, Into the Wild est une invitation à la réflexion dans le sens où il pose de nombreuses questions sans chercher à y apporter de réponse.



Partager cet article
Repost0

commentaires

J
pas mal cet article
Répondre

Présentation

  • : Ciné Story
  • : Un regard sur les films et séries
  • Contact